les tas

les tas et amour

Les tas

le silence de la nuit instant propice à la divagation du trait.

Au départ une forme ramassée, toujours la même.

Puis, le trait de plume précise la forme : –une femme de dos, la tête basse-

De temps à autre, la forme ramassée s’enroule sur elle-même, devient organique.

Ca et là, un sein, un sexe, un on-ne-sait-quoi

On devine la chair meurtrie, torturée.

L’état d’angèle

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>